L’identité en crise et les droits humains

Au cœur du 19e Cinéfranco 2016

Théâtre Spadina (Alliance française) à Toronto

Du jeudi 27 octobre au mardi 1er novembre 2016

 

Au programme, des films de réalisateurs tels que

Gilles Legrand, Nicolas Boukhrief, Mahmoud Zemmouri, Eric Lavaine, Gustave Kervern,

Benoît Delépine, Roschdy Zem

Mettant en scène Josiane Balasko, Pio Marmaï, Olivier Gourmet, Gérard Depardieu, Leïla Bekhti, Omar Sy, Zabou Breitman, Noémie Lvovsky, Benoît Poelvoorde et tant d’autres

 

Mardi, le 4 octobre 2016 : Cinéfranco 2016, le plus grand festival du cinéma international francophone du Canada anglophone, ouvre ses portes au théâtre Spadina de l’Alliance française de Toronto (24 rue Spadina) du jeudi 27 octobre au mardi 1er novembre 2016.

 

Dans sa 19e édition, Cinéfranco continue de fêter la richesse et les talents provenant des cultures francophones du monde entier dans toutes leurs diversités à travers l’objectif de réalisateurs chevronnés et débutants. Cette année leurs films primés,  et à grand succès, traitent des sujets de l’identité et des droits humains sous forme de comédies, de drames et de polars. Avec 13 longs métrages du Canada (Québec), de France, de Belgique, de Suisse, de Tunisie,  d’Algérie, du Maroc, et  2 courts métrages canadiens, Cinéfranco est fier de présenter 7 premières ontariennes, 2 premières canadiennes et 3 premières nord américaines.

 

Les femmes sont souvent frappées par la crise. Celle-ci peut être économique comme dans Retour chez ma mère/Back to Mom’s où une architecte de 40 ans se voit forcée de retourner vivre chez sa mère; ou encore dans Insoumise/Rebellious Girl où cette jeune informaticienne marocaine au chômage doit quitter son pays pour un travail saisonnier en Belgique. Cette crise peut aussi être culturelle comme pour ces jeunes femmes éprises de liberté qui se voient muselées (Certifiée Halal/Certified HalalA peine j’ouvre les yeux/As I Open My Eyes).

 

Les innombrables récompenses bien méritées qu’ont reçues Claudia Hébert (Le Déni/Denial), Martin Brennan (Rencontre), Chloé Leriche (Avant les rues/Before the Streets), Leyla Bouzid (A peine j’ouvre les yeux/As I Open My Eyes), Kheiron (Nous trois ou rien/All Three of Us) et Bachir Bensaddek (Montréal la blanche/Montreal, White City) pour leurs premiers films,  ont catapulté leurs œuvres sur l’avant scène des festivals internationaux.

 

Les femmes brillent par leur talent d’actrices à Cinéfranco avec en particulier Georgia Scalliet (L’Odeur de la mandarine/The Scent of Mandarin), Karina Aktouf (Montréal la Blanche/Montreal, White City), Adrianna Gradziel (Toute première fois/I Kissed a Girl). Les prestations solides de Josiane Balasko, Alexandra Lamy (Retour chez ma mère/Back to Mom’s) et Leïla Bekhti (Nous trois ou rien/All Three of Us) sont inoubliables.

La synergie entre les réalisateurs et les acteurs qu’ils dirigent sont palpables surtout dans le film très controversé Made in France de Nicolas Boukhrief ou encore dans le film percutant Chocolat de Roschdy Zem.

 

La réelle complicité qui lie les scénaristes/réalisateurs de Saint Amour, Gustave Kervern (qui joue dans le film) et Benoît Delépine, àleurs brillants acteurs (Gérard Depardieu, Benoît Poelvoorde, Chiara Mastroianni, Céline Sallette) est omniprésente.

 

Kheiron (Nous trois ou rien/All Three of Us) et Bachir Bensaddek (Montréal la blanche/ Montreal, White City) font preuve d’un grand talent comme réalisateurs et raconteurs d’histoires poignantes pour leur premier film.

 

Marcelle Lean, fondatrice et directrice artistique de Cinéfranco, dit : « La sélection des films de cette année prend racine dans la société actuelle avec des sujets qui nous interpellent. Les réalisateurs et leurs œuvres de haute qualité parlent d’éléments qui définissent notre identité comme notre travail, la politique, notre sexualité, nos cultures et traditions, notre race… J’espère que les spectateurs seront inspirés par ces films captivants et les messages qu’ils véhiculent »

 

Bienvenue à Cinéfranco 2016 !

 

Oh non ! Encore maman !

Les mères sont omniprésentes dans les films d’ouverture et de fermeture

 

Le film d’ouverture nous plonge dans le vif du sujet, soit une architecte de 40 ans, Stéphanie Mazerin, forcée de revenir vivre avec sa mère, Jacqueline Mazerin plutôt excentrique dans la comédie d’Eric Lavaine Retour chez ma mère/Back to Mom’s. Josiane Balasko, comique à merveille, mène une distribution d’excellents acteurs comme Alexandra Lamy, Mathilde Seigner et Philippe Lefebvre dans les rôles de frère et sœurs en zizanie.

 

Dans le film de fermeture, A peine j’ouvre les yeux/As I Open My Eyes, Hayet, la mère de la rebelle Farah, s’inquiète des choix de sa fille. Farah aime chanter des chansons provocatrices dans les bars, ce qui attire l’attention de la police sous la dictature de Ben Ali en Tunisie. La relation mère-fille est très tendue: Hayet connaît bien ce parcours car elle-même était chanteuse dans le passé.

Ce drame fort et captivant accompagné d’une bande originale impressionnante, trace, à travers l’idéalisme de Farah âgée de 18 ans, le portrait d’une jeunesse tunisienne bâillonnée qui rêve de liberté à la veille du Printemps arabe. Pour leur premier film, Leyla Bouzid et Baya Medhaffar continuent de récolter d’innombrables récompenses, honneurs et prix dans les festivals du monde entier.

 

Tel père tel fils…pas sûr !

Saint Amour est un road-movie écrit et réalisé par l’ingénieux duo Gustave Kervern et Benoît Delépine mettant en vedette Gérard Depardieu dans le rôle de Jean, le père de Bruno (Benoît Poelvoorde) qui rechigne à reprendre la ferme familiale.

C’est une comédie  tissant des moments dramatiques avec beaucoup d’humour. C’est aussi un film sur l’amour du vin, l’amour entre père et fils, l’amour des femmes (présence notable de Chiara Mastroianni, Céline Sallette et Ana Girardot) et l’amour de soi, tout cela ficelé dans un film bien écrit et superbement joué. Vincent Lacoste livre une belle prestation comme chauffeur de taxi parisien donnant des leçons de séduction.

 

Un polar prémonitoire et une comédie de mœurs rocambolesque post attentats terroristes en France

Cinéfranco est fier de pouvoir présenter ces films qui ont souffert des attentats en France.

Made in France de l’ex-journaliste devenu réalisateur Nicolas Boukhrief n’avait pas pu être présenté dans les salles de cinéma en France. Son histoire glaçante d’une cellule djihadiste ayant pour mission de semer la panique, est un rappel prémonitoire de l’attentat du Bataclan le 13 novembre 2015. Ce polar totalement captivant est plein de tension et de suspense.

 

Le cocasse Certifiée Halal/Certified Halal n’a pas pu trouver de salles parisiennes après l’attentat traumatisant de Charlie Hebdo de janvier 2015. Pourtant la comédie de Mahmoud Zemmouri est un vaudeville franco-algérien de quiproquo entre deux futures mariées voilées dans un bled perdu d’Afrique du nord. Hilarité garantie!

 

L’immigration : ses joies et ses peines

Se déraciner du pays qu’on aime pour vivre et travailler dans un autre peut être à la fois source de rudes épreuves et de bonheur.

 

Dans Nous trois ou rien/All Three of Us  Kheiron est le réalisateur et l’acteur incarnant le rôle de son père Hibat forcé d’immigrer en France après la prise de pouvoir de l’Ayatollah Khomeini en Iran.

Hibat et sa femme Fereshteh gèrent un centre communautaire dans le quartier pauvre de Pierrefitte près de Paris. Cette comédie dramatique est un hommage à la contribution que  les immigrants apportent à leur pays d’accueil. Avec son ton chaleureux mêlé d’humour, de comédie et de charme, ce film tombe à point à un moment où beaucoup de pays européens ont peine à absorber les migrants.

 

Le ton change dans Montréal la blanche/Montreal, White City où Amokrane (Rabah Aït Ouyahia), le chauffeur de taxi et Kahina (Karina Aktouf), sa passagère, tous deux immigrants de première génération venant d’Algérie, s’estiment exclus. Leur passé continue de les hanter. Dans leur solitude, ils ressentent avec douleur le poids de leur déracinement. Bachir Bensaddek a adapté sa propre pièce de théâtre pour livrer un vrai joyau qui va droit au cœur des nouveaux immigrants au Canada.

 

Dans Insoumise/Rebellious Girl  la jeune Laila, une militante sociale au chômage, doit quitter le Maroc pour un emploi saisonnier dans une petite ferme belge. Dépitée par le traitement injuste imposé par son patron André, elle fait appel aux autres saisonniers pour réclamer justice et dignité. Jawad Rhalib montre les deux côtés de la médaille avec réalisme sur fond de crise agricole. Laila (Sofiia Manousha) joue son rôle de jeune femme exploitée et de battante contre l’injustice,  avec vigueur et émotion.

La bande sonore du drame de Rhalib ajoute plus de force à l’actualité des tensions entre patrons et ouvriers dans notre société.

 

Le racisme dans le Paris de la Belle Époque

Le biopic Chocolat de Roschdy Zem redonne vie au premier clown noir de France qui, avec son partenaire anglais Footit, le clown blanc, a atteint un taux de popularité énorme.

Le réalisateur déroule une riche fresque de la Belle Époque où Chocolat s’est mêlé à la bourgeoisie, a gaspillé son argent au jeu tout en mettant plein la vue avec son argent et sa maîtresse blanche. Omar Sy interprète son rôle à la perfection aux côtés du danseur accompli, du jongleur et acrobate qu’est James Thierrée, l’artiste  héritier des talents comiques de son grand-père  Charlie Chaplin. La gamme d’émotions qui va du rire aux larmes est incarnée par une distribution extraordinaire dirigée d’une main de maître.

 

Identité sexuelle en danger

Jérémie et Antoine sont sur le point de se marier avec l’approbation des parents anti-bourgeois de Jérémie. Mais après une nuit passée avec une Suédoise très sexy, Jérémie ne sait plus. Telle est l’histoire de base de cette comédie très drôle Toute première fois/I Kissed a Girl qui a remporté le Grand Prix du Festival de l’Alpe d’Huez. Les coréalisateurs Maxime Govare et Noémie Saglio dirigent une brochette d’acteurs menés par un Pio Marmaï si amusant qu’il est reparti avec le Prix du Meilleur Acteur.

 

L’amour en temps de guerre et en temps de crise

Dans L’Odeur de la mandarine/The Scent of Mandarin, Charles, officier dans la cavalerie, a perdu sa jambe au combat. Angèle, son infirmière, a perdu l’homme de sa vie et le père de sa fille sur le champ de bataille. Deux âmes brisées, victimes des ravages de la Première guerre mondiale, tentent de se reconstruire dans une ère post-féministe.

Gilles Legrand, réalisateur chevronné, filme cette histoire d’amour avec grande sensualité: le désir charnel et les sentiments romantiques se croisent dans le mariage  atypique de Charles et d’Angèle qui choisit de garder son indépendance à une époque où les femmes n’avaient pas de choix.

Olivier Gourmet (Charles) et Georgia Scalliet (Angèle) jouent à couper le souffle les rôles de deux êtres profondément meurtris par la guerre, et qui luttent pour triompher de leur traumatisme.

 

L’histoire de la passion entre Liza Gilbert (Caroline Dhavernas) et Jos Lebel (Francis Ducharme) est enrayée par Jack Murphy (François Papineau), le diable incarné dans Chasse Galerie: La légende/Run Wild: The Legend, film captivant de Jean-Philippe Duval qui dépeint de façon saisissante la rudesse de la vie rurale au Québec du XIXe siècle.

D’une approche empreinte d’un certain classicisme, le film de Duval nous entraîne dans de folles aventures sur son canot hanté.

 

Les blessures d’une jeunesse Atikamekw malheureuse et marginalisée

Forte de sa grande expérience de documentariste, Chloé Leriche dresse un portrait réaliste de la vie quotidienne de la communauté Atikamekw qu’elle semble bien connaître dans Avant les rues/Before the Streets. Prisonnier de la triste réalité causée par un ennui envahissant et un désespoir engendré par l’oisiveté et les suicides autour de lui, Shawnouk est happé par une spirale de circonstances qui le poussent à se réfugier dans la forêt où il renoue avec les racines et traditions ancestrales.

Chloé Leriche a réalisé un film déchirant joué par des acteurs non professionnels dont l’interprétation est sincère et convaincante.

 

A des lieues de là, 2 courts métrages canadiens dirigés par des réalisateurs de Toronto

Claudia Hébert, pour son premier film, capte une femme qui ne cesse de téléphoner à Mathieu qui ne décroche pas. Petit à petit la réalisatrice créée une relation intime entre le spectateur et cette femme obsédée et désemparée, divinement interprétée par Geneviève Boisvin-Roussy dans Le Déni/Denial programmé à Cannes Court Métrage (2016).

 

Dans Rencontre, court métrage réalisé par Martin Brennan, un jeune touriste français  (Florian François) au hasard de ses pérégrinations se met à parler avec une jeune femme sans abri (Mylène Thériault) qui paraît bien agitée. Les acteurs jouent avec maîtrise leurs personnages discordants en un jeu habile de langage corporel et de dialogue. Le court métrage de Brennan a remporté les prix du Meilleur Film et des Meilleurs Acteurs au Festival TAP (Toronto Actors Place) 2015.

 

 

 

 

Renseignements sur la billetterie de Cinéfranco 2016

Pour acheter vos billets à l’avance :

•    EN LIGNE: CINEFRANCO.COM 
•    EN PERSONNE: 
A LA RÉCEPTION DE L’ALLIANCE FRANÇAISE (24 SPADINA ROAD, TORONTO) DE 10am À 4pm DU LUNDI AU VENDREDI

  • ·SUR PLACE 1 HEURE AVANT LA PROJECTION DES FILMS

Vous pouvez payer par chèque, cartes de crédit, argent comptant en personne et sur place.

LES BILLETS SERONT EN VENTE À PARTIR DU 11 OCTOBRE   


Prix des billets :

  • ·1 billet: $10
  • ·Etudiant & Senior (60+) billet (sur présentation de carte d’identité): $8
  • ·Membres de l’Alliance française, billet: $

 

Pour tout renseignement concernant l’achat des billets, veuillez visiter le site de Cinéfranco www.cinefranco.com

 

Tous les films sont sous-titrés en anglais.

 

 

CINÉFRANCO 2016 - FILM SCHEDULE /HORAIRE DES FILMS

TOUS LES FILMS SONT SOUS-TITRÉS EN ANGLAIS

 

JEUDI 27 OCTOBRE/ THURSDAY, OCTOBER 27

6:30pm- Retour chez ma mère/Back to Mom’s - FILM D’OUVERTURE/OPENING NIGHT FILM

 

8:30pm- Montréal la blanche/Montreal, White City

 

VENDREDI 28 OCTOBRE/ FRIDAY, OCTOBER 28

6:00pm -Toute première fois/I Kissed a Girl

 

8:00pm - Made in France

 

SAMEDI 29 OCTOBRE /SATURDAY, OCTOBER 29

11:00am - L’Odeur de la mandarine/The Scent of Mandarin

 

1:00pm - Saint Amour

 

DIMANCHE 30 OCTOBRE /SUNDAY, OCTOBER 30

11.30am - Avant les rues/Before the Streets

 

2:00pm - Nous trois ou rien/All Three of Us

 

4:00pm - Certifiée Halal/Certified Halal

 

6:00pm - Rencontre (court métrage/short film)

 

6.15pm - Chocolat

 

LUNDI 31 OCTOBRE/MONDAY, OCTOBER 31

6:00pm - Chasse Galerie: La légende/Wild Run: The Legend – ENTRÉE GRATUITE/FREE SCREENING

 

8:00pm - Insoumise/Rebellious Girl

 

MARDI 1ER NOVEMBRE/ TUESDAY, NOVEMBER 1

6:00pm Le Déni (court métrage)/Denial (short film)

 

6:15pm - peine  j’ouvre les yeux/As I Open My Eyes -FILM DE FERMETURE/ CLOSING NIGHT FILM

 

Article reproduced courtesy of:

Cinefranco

Récent - Latest Posts

More in Cinéma - Movies  

Articles Menu

Recherche

Sur Instagram